17/08/2021

"L’apprentissage entre pairs et par l’expérimentation, par le faire, vont progresser de façon vertigineuse" - Luc BRETONES

? Le métier que vous souhaitiez exercer petit 

Je rêvais d’être astrophysicien pour mieux appréhender les mystères de l’univers et de la vie. J’ai très tôt intégré un club d’astronomie pour passer des nuits à observer le ciel et échanger sur les dimensions physiques énigmatiques de l’espace.

 

?Votre idée du bonheur au travail

Un travail utile à la société et à son émancipation, à l’environnement, en équipe pluridisciplinaire, avec fun et progrès.

 

?Si vous n’exerciez pas votre activité actuelle, quel autre job auriez-vous pu exercer ? 

Une infinité dans autant de contextes possibles !
Entrepreneur me correspond bien, une mission dans un grand groupe aussi. J’aime les métiers au contact des autres, de relation, et qui font appel à la créativité, au challenge, à l’innovation technique ou sociale. La technique en dehors du progrès humain m’intéresse beaucoup moins.

 

?La compétence que vous estimez le plus chez les autres

La créativité, l’optimisme, la volonté de résoudre les problèmes et la capacité d’écoute active.

 

?Les fautes qui vous inspirent le plus d’indulgence

Les innovations trop précoces, en avant sur leur temps.

 

?La compétence que vous n’avez pas et que vous aimeriez développer

La sagesse Zen

 

?Les mentors qui vous ont accompagnés

Mon épouse.

Jean-Paul Cottet, pour moi le plus grand leader du groupe Orange qu’il m’ait été donné de croiser, la personne la plus inspirante que je connaisse.
Nota : je n’ai jamais déjeuné avec Elon Musk ou feu Steve Jobs

John Kotter, l’expert marketing d’Harvard. Lui j’ai pu échanger avec :)

 

?L’avenir du e-learning selon vous  

L’apprentissage entre pairs et par l’expérimentation, par le faire, vont progresser de façon vertigineuse. Le cours magistral persistera mais deviendra progressivement marginal.
L’apprentissage deviendra permanent

 

?Les tendances RH auxquelles vous croyez et pourquoi 

Je pense que dans dix ans, la façon de diriger n'aura plus rien à voir avec celle d'aujourd'hui.

En 2030, les personnes qui regarderont la façon dont nous manageons aujourd'hui nous prendront pour des hommes de Cro-Magnon du management. 

La manière de manager n'aura donc plus rien à voir avec celle que nous pratiquons. Nous le voyons déjà dans toutes les organisations qui préfigurent  l'entreprise nouvelle génération comme la banque russe Tochka, l'assurance brésilienne Youse, la fédération de psychiatres et de psychologues néerlandaise Mentaal Beter, la plateforme Holaspirit, le cabinet français Octo Technology ou encore, à l'échelle de projets, dans  les groupes Michelin, Decathlon, Engie ou dans certaines équipes chez Orange. 

L'écart entre ces entreprises et les entreprises traditionnelles se creuse en ce moment même à vitesse grand V, et je suis convaincu que cette dynamique va connaître une accélération impressionnante dans les années à venir.

Alors qu'est-ce qui va radicalement changer ?

 

  • Le lien de subordination entre personnes nous semblera une notion pour le moins archaïque. 

Aujourd'hui, le management se fonde sur une relation de pouvoir, liée à la possession de l'information. Or Internet sape ce pouvoir à la base en rendant l'information accessible à tous. La relation de subordination va donc céder sa place à une hiérarchie plus plate, avec des équipes qui travailleront ensemble car elles auront des redevabilités entre elles. Le manager trouvera sa plus-value dans sa capacité à donner à chaque membre de son équipe la possibilité de s'exprimer non pas à 30 ou 40 % de ses capacités, comme c'est le cas actuellement, mais à 70 ou 80 %, afin de doper l'initiative et l'innovation, la créativité.

Pour rendre un maximum de personnes responsables de leur périmètre d'action et leur permettre de réaliser la plupart de leurs tâches en autonomie au sein d’une équipe dans un périmètre de responsabilité et de redevabilité très clair et précis, la gouvernance devra être adaptée et une agilité systémique mise en place à l'échelle de toute l'entreprise.

 

  •  Plutôt que de se lancer dans des réorganisations obsolètes dès leur adoption, les sociétés s'adapteront en permanence avec des équipes plus humaines et plus petites, dans la lignée de la méthodologie Scrum. 

 

  • L'entreprise en 2030 fonctionnera alors selon trois principes : la décentralisation de l'autorité, la transparence et la confiance ainsi que la responsabilisation des équipes. Ce n'est plus la relation de pouvoir, mais  la raison d'être qui guidera et motivera le collectif, cette volonté d'avoir un impact positif au-delà du résultat net.

 

?Votre devise

Mieux vaut une mauvaise décision rapide qu’une bonne trop lente.

 

?Votre état d’esprit actuel

The future is bright - L'avenir est prometteur